Nouvelles

Bon coup d’août : L’eau Saint-Justin

9 septembre 2021

Bon coup de juillet : L’eau Saint-Justin

François Gagnon, maire de Saint-Justin, et Nicole Lelièvre, propriétaire de l’Office Général des Eaux Minérales et de la marque d’eau minérale Saint-Justin

Les mairesses et maires de la MRC de Maskinongé sont heureux de remettre le Bon coup du mois d’août 2021 à Nicole Lelièvre, propriétaire de l’eau minérale Saint-Justin, pour les 50 ans de la famille Lelièvre Dagenais-Pérusse à la tête de l’entreprise.

Découverte en 1895, la source d’eau Saint-Justin prend naissance dans les Basses-Laurentides. L’une de ses particularités vient du fait qu’elle est exceptionnellement protégée par un important dépôt d’argile d’origine marine. Durant son séjour sous terre, l’eau s’enrichit de minéraux, en particulier de bicarbonate (HCO3), élément favorisant la digestion.

Dans sa pratique, le docteur Paul Dagenais-Pérusse recommandait déjà de l’eau minérale à ses patients. Il s’est donc mis à la recherche d’une eau minérale québécoise aux critères bien définis : une eau riche en bicarbonate de soude et mise en bouteille à la source même. La source d’eau, nommée Justin à l’époque, répondait à ces critères et il s’en porta acquéreur en 1971. C’est en 1974 que Justin devint Saint-Justin, du nom du village.

Jusqu’en 1994, la direction était assurée par le tandem Dagenais-Pérusse/Lelièvre. Depuis le décès de son conjoint, Nicole Lelièvre poursuit le développement de l’entreprise avec l’appui de son équipe et de ses deux fils. Un travail difficile, car dans l’industrie très compétitive de l’eau embouteillée, Saint-Justin rivalise avec de grandes multinationales d’ici et d’ailleurs.

L’eau minérale de Saint-Justin a quelque chose d’unique. « Au Québec, Saint-Justin est la seule véritable eau minérale naturellement pétillante mise en bouteille de verre à sa source même. Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas l’ajout de gaz carbonique à l’eau qui aide à la digestion, mais bien la présence naturelle de bicarbonate de soude, comme c’est le cas pour la nôtre », a indiqué fièrement Nicole Lelièvre.

Soucieuse de sa pérennité et consciente des impacts économiques et écologiques, Nicole Lelièvre exploite la source dans le respect de l’environnement, privilégie les fournisseurs locaux, et applique un mode d’extraction durable et responsable.

« La passion et la détermination dont ont fait preuve Paul Dagenais-Pérusse et Nicole Lelièvre suscitent l’admiration. Ces dernières années, face à la concurrence, l’entreprise a été confrontée à des pressions très importantes sur les prix alors que l’accès aux tablettes en épicerie est devenu de plus en plus difficile. Ces obstacles en auraient découragé plus d’un, mais Mme Lelièvre a persévéré et l’entreprise continue d’offrir aujourd’hui la meilleure eau minérale québécoise, un secret trop bien gardé », a souligné Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.